L’Estonie a annoncé son intention d’introduire un nouveau type de visa spécialement conçu pour les télétravailleurs. Cette nouvelle autorisation s’ajoute ainsi à la liste des visas européens pour digital nomades.

Les visas de digital nomades permettent de combler un vide juridique pour les télétravailleurs qui souhaitent passer de courtes ou de longues périodes à travailler à l’étranger de manière indépendante. Ces professionnels peuvent emporter leur travail partout avec eux. Il ne suffit souvent que d’un ordinateur et d’une connexion à Internet.

Cet article comprend des informations utiles sur les visas pour digital nomades, dont :

  • Les caractéristiques et le fonctionnement du visa de digital nomade
  • Les critères d’éligibilité pour un visa de télétravail en Europe et à l’étranger
  • Les pays qui offrent déjà un visa de digital nomade et ceux qui le mettront en place d’ici peu

Qu’est-ce qu’un visa pour digital nomade ?

Les citoyens qui ont la possibilité de travailler de partout dans le monde se trouvent depuis longtemps dans une zone de flou juridique. Il s’agit souvent de professionnels spécialisés dans la technologie.

D’une part, il ne peuvent pas faire la demande d’un visa de travail qui requiert, dans de nombreux cas, de fournir un contrat avec une entreprise locale et/ou une lettre d’invitation. D’autre part, ils peuvent avoir envie de rester dans un pays pour une durée excédant celle d’un visa touristique.

Même les personnes qui n’ont pas besoin d’un visa pour l’Europe, par exemple, ne sont autorisées à rester dans le pays que pour une courte période. C’est là que le visa pour digital nomade entre en jeu.

Le visa de digital nomade : un entre-deux

Les visas pour digital nomades sont des autorisations de voyage qui régularisent le statut des travailleurs en mouvement. Tout comme les visas touristiques, ils sont faciles à obtenir et ne demandent pas de fournir un dossier approfondi et un contrat de travail. De plus, ils permettent les séjours de longue durée.

Alors qu’en théorie les visas touristiques ne permettent pas de travailler (seulement de participer à des activités non professionnelles), le visa pour digital nomade stipule officiellement que son détenteur peut travailler lors de son séjour dans le pays, à condition qu’il le fasse de manière indépendante et à distance.

Cependant, c’est ici que commence le vide juridique. La règle concernant l’interdiction de travailler lors du séjour dans le pays ne s’applique qu’aux personnes qui souhaitent être engagées par une entreprise locale.

Les personnes qui génèrent des revenus en ligne de manière indépendante peuvent continuer à mener leur activité avec un visa touristique dans la plupart des cas.

C’est pourquoi de nombreux digital nomades qui ne prévoient pas de rester longtemps dans le même pays préfèrent opter pour un visa touristique, plus facile à obtenir (et souvent de manière électronique).

À partir de 2022, par exemple, l’autorisation ETIAS pour l’Europe permettra aux ressortissants non-européens de voyager au sein de l’espace Schengen pour une période de maximum de 90 jours consécutifs. Travailler en tant que digital nomade pourrait, dès lors, être plus accessible.

Comment le visa pour digital nomade fonctionne-t-il ?

Chaque pays délivrant des visas pour digital nomade possède ses propres politiques et règlements. Certains permettent aux citoyens éligibles de faire leur demande en ligne, ce qui est très pratique pour les personnes habituées à tout gérer de manière électronique. D’autres requièrent de soumettre la demande en personne à l’ambassade ou au consulat.

Il est recommandé aux télétravailleurs de contacter les autorités du pays qu’ils souhaitent visiter afin de se renseigner sur les exigences du visa pour digital nomade ainsi que sur la procédure à suivre. Les missions diplomatiques seront à même d’apporter de l’aide et des informations sur le visa.

En règle générale, il est habituel que le demandeur ait besoin de :

  • Un passeport valide répondant aux exigences
  • La preuve d’un revenu régulier à l’étranger

De nombreux pays requièrent le paiement de frais de dossier pour leurs visas. De plus, les voyageurs doivent toujours vérifier s’ils ont besoin de documents supplémentaires tels qu’un certificat d’assurance maladie ou de vaccination.

Visas pour digital nomades : Éligibilité

Comme mentionné précédemment, pour obtenir un visa de travailleur nomade, il est généralement requis que le demandeur prouve qu’il est bel et bien un digital nomade et qu’il peut subvenir financièrement à ses besoins pour toute la durée de son séjour à l’étranger.

Cette démarche peut être effectuée en fournissant des documents financiers tels que des extraits de compte et des factures.

Cependant, tout le monde n’est pas éligible pour un visa de digital nomade, même si la personne peut prouver qu’elle travaille à distance. L’éligibilité dépend de plusieurs autres facteurs, dont :

  • La nationalité du demandeur
  • L’historique des demandes de visa
  • Si le demandeur est considéré comme une menace pour la sécurité ou la santé du pays de destination

Il est recommandé que les travailleurs à distance se renseignent sur leur éligibilité auprès de l’ambassade ou en consultant leur site Internet avant de faire une demande de visa.

Quels sont les pays offrant des visas pour digital nomades ?

Les digital nomades sont des figures professionnelles relativement récentes. De nombreux pays à travers le monde ont pris du temps à comprendre comment les inclure dans leurs politiques en matière de visas et mettent désormais en place des règlements et des visas qui leur sont destinés.

Les pays européens proposant un visa de digital nomade

En Europe, le premier pays à créer un visa d’indépendant a été l’Allemagne. Il existe 2 types de visas pour travailleurs indépendants (également appelé visas freiberufler) : un pour les artistes et un autre pour les professionnels.

Les digital nomades doivent s’enregistrer auprès de l’administration fiscale allemande et présenter une série de documents comme leur portfolio, leurs extraits de compte et, dans certains cas, une preuve de leurs compétences.

La République tchèque offre un visa business spécial (visa zivno ou zivnostenské opravneni) dont peuvent bénéficier les digital nomades. La demande doit être faite en personne au consulat ou à l’ambassade. Le délai de traitement est nettement plus long que celui des visas touristiques, de 90 à 120 jours.

Le Portugal a introduit un visa de résident temporaire qui peut être utilisé par les indépendants et les entrepreneurs. Il permet à son détenteur de séjourner dans le pays durant plus d’un an.

La Norvège, un État non-membre de l’UE, mais membre de l’espace Schengen, a mis en place un visa unique pour les digital nomades qui souhaitent s’installer au célèbre, bien que cher, Svalbard. Le visa reste valable durant toute la vie du voyageur.

L’Estonie introduira bientôt un visa de digital nomade

Si les pays cités ci-dessus semble peu nombreux, les choses évoluent rapidement. Le télétravail n’est aujourd’hui plus réservé qu’aux digital nomades.

Avec la pandémie de COVID-19, les entreprises ont mis en place des mesures pour privilégier la santé de leurs employés en les tenant éloignés des bureaux. Désormais, ce sont des milliers d’offres en télétravail qui sont publiées tous les jours.

De nos jours, il n’est pas rare de postuler à une offre d’emploi, passer par le processus de sélection et commencer à un nouveau poste sans devoir mettre les pieds au bureau.

L’Estonie s’adapte au changement et a annoncé la création d’un nouveau visa, appelé « visa digital nomade ». Le ministre de l’Intérieur, Mart Helme, a déclaré :

Un visa de digital nomade renforce l’image de l’Estonie en tant que e-État et lui permet de se faire entendre davantage sur la scène internationale.

Grâce au nouveau visa pour les travailleurs à distance, l’Estonie espère attirer plus de visiteurs et stimuler l’économie du pays sans avoir à offrir des jobs locaux. Elle espère également se faire une place en tant que centre technologique international.

Le pays non-européens et les visas de digital nomade

Hors Europe, plusieurs pays ont instauré des visas pour répondre aux besoins des télétravailleurs, dont :

  • Le Costa Rica
  • Le Mexique
  • L’Australie
  • La Thaïlande

Certains états des États-Unis suivent cette tendance à l’échelle nationale. L’Oklahoma, Alabama et le Vermont ont tous mis en place des programmes pour encourager les citoyens pouvant travailler à domicile à s’installer sur leurs territoires.