Mise à jour: 21 décembre 2020

Les États membres de l’Union européenne revoient et mettent régulièrement à jour les mesures en place pour lutter contre la pandémie de coronavirus. À l’heure actuelle, le défi principal de l’Europe est de trouver un équilibre entre l’assouplissement des restrictions de voyage, la reprise du tourisme et les mesures sanitaires destinées à prévenir une nouvelle vague de COVID-19.

L’UE se consacre à coordonner les efforts et les mesures des États membres afin de renforcer sa capacité à surmonter la crise sanitaire actuelle. Pour atteindre cet objectif, l’UE a émis des recommandations aux États membres visant à sécuriser les frontières extérieures et à réduire le besoin de restrictions de voyage internes.

Les restrictions d’entrées sont révisées de manière permanente pour s’adapter à l’évolution de la situation. Bien que l’économie se trouve au cœur des préoccupations, la priorité des autorités européennes est de protéger la santé publique.

Cette position a été réitérée par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, au cours d’une conférence de presse au début de la pandémie :

« Il est essentiel que notre système de santé puisse accueillir les patients gravement malades et, par conséquent, il est d’une importance cruciale de (...) réduire le contexte social, de réduire la vie publique et de freiner la propagation du virus. »

Par conséquent, bien qu’une fermeture totale des frontières européennes ne soit plus considérée comme indispensable, certaines restrictions sont encore nécessaires afin de freiner la propagation de la COVID-19 et d’aider l’Europe à se relever le plus rapidement possible.

Cet article contient des informations clés sur :

  • Les citoyens non européens pouvant se rendre en Europe
  • Les recommandations européennes sur la libre circulation dans l’UE
  • Les mesures financières prises par l’UE et les autres actions favorisant la reprise
  • La manière dont se prépare l’UE pour faire face à de futures pandémies
  • Le plan de vaccination de l’UE

L’UE ÉLABORE UNE LISTE DE PAYS SÛRS

En juin, l’Union européenne a établi un ensemble de critères lui permettant d’évaluer les risques présentés par les pays tiers. Pour être considéré comme un pays d’origine sûr, les territoires doivent constater une diminution du nombre de cas, avoir mis en place des mesures de distanciation sociale suffisantes et compter un taux d’incidence de COVID-19 de moins de 16 pour 100.000.

La liste est revue et corrigée toutes les 2 semaines par les autorités européennes et les États membres. Des pays peuvent être ajoutés ou retirés de la liste si leur situation change.

La liste officielle et actuelle des pays sûrs élaborée par l’UE comprend les pays suivants:

  • Australie
  • Chine, sujette à une condition de réciprocité
  • Japon
  • Nouvelle-Zélande
  • Rwanda
  • Singapour
  • Corée du Sud
  • Thaïlande

Le Royaume-Uni, la Suisse, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège sont automatiquement considérés comme sûrs bien qu’ils ne fassent pas partie de l’UE.

Les voyageurs en provenance de ces pays doivent avant tout se renseigner auprès du pays qu’ils souhaitent visiter car cette liste n’est qu’une recommandation, et non une mesure obligatoire. Chaque État membre de l’UE est libre de décider s’il souhaite autoriser l’entrée des voyageurs d’un ou plusieurs pays sûrs.

EXCEPTIONS À LA FERMETURE DES FRONTIÈRES EUROPÉENNES

Tout au long de la durée de fermeture, certains groupes de voyageurs ont fait exception aux restrictions de voyage de l’UE :

  • Les citoyens européens retournant dans leur pays de résidence (les restrictions d’entrée ne s’appliqueront qu’aux frontières extérieures de l’UE)
  • Les travailleurs de la santé, tels que les médecins et les infirmières
  • Les membres de la communauté scientifique travaillant sur des solutions pour faire face à la crise sanitaire
  • Les citoyens travaillant de l’autre côté d’une frontière (par exemple, les travailleurs qui fournissent des services des deux côtés de la frontière)

Un réseau appelé « corridors verts » a également été mis en place pour garantir le transport rapide de marchandises dans l’ensemble de la région. Un maximum de 15 minutes peuvent être passées aux contrôles sanitaires pour assurer le transport rapide des produits essentiels.

Le document rédigé par l’UE contenant les directives sur la gestion des frontières détaille le règlement s’appliquant à ces corridors spéciaux :

Le libre transport de biens doit se concentrer principalement sur « les biens essentiels tels que l'approvisionnement en denrées alimentaires, y compris le bétail, les fournitures et équipements médicaux et de protection. »

Il est également important de faciliter la circulation en toute sécurité des travailleurs des transports, « y compris les conducteurs de camions et de trains, les pilotes et le personnel navigant. »

UNE APPROCHE COORDONNÉE DE LA LIBRE CIRCULATION DANS L’UE

Le 13 octobre, une nouvelle recommandation a été émise visant à créer une approche uniforme de la libre circulation au sein de l’Union européenne. Michael Roth, ministre allemand chargé des affaires européennes, a déclaré :

« La pandémie de COVID-19 a perturbé nos vies quotidiennes à bien des égards. Les restrictions en matière de déplacements ont engendré, pour certains de nos concitoyens, des difficultés pour se rendre au travail, à l'université ou auprès de leurs proches. Il est de notre devoir à tous d'assurer la coordination de toutes les mesures ayant une incidence sur la libre circulation et de fournir à nos concitoyens toutes les informations dont ils ont besoin lorsqu'ils prennent la décision d'effectuer un déplacement.»

Afin de rendre les voyages entre les États membres plus faciles pour les citoyens et les entrepreneurs, l’UE a proposé un nouveau système. Chaque semaine, les États membres de l’UE devront fournir les données suivantes au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) :

  • Nouveaux cas : nombre pour 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours
  • Taux de dépistage : nombre de tests pour 100 000 habitants effectués au cours des 7 derniers jours
  • Taux de positivité: pourcentage de tests positifs au cours des 7 derniers jours

Sur la base de ces données, les pays se verront attribuer la couleur verte (risque faible), orange (risque moyen) ou rouge (risque élevé). Lorsque les données disponibles sont insuffisantes, le pays sera représenté en gris.

RESTRICTIONS BASÉES SUR LE CODE COULEUR

L’UE recommande de ne pas imposer de restrictions de voyage aux personnes provenant de pays verts. En ce qui concerne les régions oranges et rouges, les États membres peuvent décider d’appliquer ou non des restrictions, en se basant sur les données disponibles.

Les pays européens ne doivent pas interdire l’entrée aux autres États membres, y compris aux territoires rouges, mais peuvent mettre en place certaines restrictions, si nécessaire. Une quarantaine obligatoire, un dépistage à l’arrivée et un formulaire de localisation des passagers font partie des mesures proposées.

Les informations concernant de nouvelles restrictions doivent être communiquées au public au moins 24 heures avant leur entrée en vigueur. Il est recommandé aux voyageurs de consulter les informations les plus récentes avant leur départ.

L’IMPORTANCE DU RÉTABLISSEMENT DE LA LIBRE CIRCULATION AU SEIN DE L’UNION EUROPÉENNE

Le tourisme est important pour l’économie de nombreux pays européens. Par conséquent, les États membres sont désireux d’accueillir à nouveau les visiteurs étrangers dès que possible en mettant fin aux restrictions d’entrée exceptionnelles de l’UE.

Pour atteindre cet objectif, et préserver la libre circulation, les États membres ont été invités à réduire les restrictions d’entrée au fur et à mesure que les autres mesures sont assouplies.

L’une des suggestions est de suivre une approche régionale plutôt que nationale, en levant les restrictions dans les régions où la situation s’est suffisamment améliorée au lieu d’attendre qu’un pays entier parvienne au même niveau.

Les membres du Parlement européen ont clairement indiqué que la libre circulation transfrontalière constitue une priorité et doit être rapidement rétablie. Juan Fernando López Aguilar, président de la commission des libertés civiles et rapporteur, a déclaré :

« Pour une vaste majorité de citoyens européens, l’espace Schengen constitue l’une des plus grandes réussites de l’histoire de l’UE, et il n’a jamais été confronté à une telle pandémie sur son territoire. Je déplore avec force les mesures unilatérales ou disproportionnées prises par des États membres et visant à imposer des restrictions à leurs frontières, sans communication ou calendrier clair et limité. Toutes les actions visant à restaurer un espace Schengen pleinement opérationnel doivent être coordonnées au niveau de l’UE et pleinement respecter le principe de non-discrimination. »

MESURES FINANCIÈRES POUR FAVORISER LA RELANCE DE L’APRÈS COVID-19

L’initiative d'investissement en réaction au coronavirus (CRII) a été créée pour aider les pays européens à se remettre de la pandémie. En mobilisant les fonds non dépensés du budget communautaire, les États membres sont capables de répondre à certains des défis économiques les plus pressants :

  • Financer les soins de santé
  • Soutenir des régimes d'emploi à court terme
  • Aider les petites et moyennes entreprises

Ce plan d’action a été renforcé par une nouvelle série de mesures, l’initiative d'investissement+ en réaction au coronavirus (CRII+) qui offre un soutien supplémentaire dans les domaines suivants :

  • Flexibilité : transfert entre les fonds, les régions et les thématiques, taux de cofinancement de l'UE de 100 %
  • Protection des plus démunis : aide alimentaire et assistance matérielle de base au moyen de bons électroniques
  • Aide aux secteurs clés : agriculture, pêche et secteurs alimentaires

L’INITIATIVE D’INVESTISSEMENT EN RÉACTION AU CORONAVIRUS EN ACTION

Certains exemples d’utilisation de la CRII par les pays européens sont les suivants :

Croatie

400 millions d’euros ont été mobilisés et investis dans l’acquisition d’outils en ligne pour l’éducation primaire et secondaire et dans un centre de recherche médicale pour enfants.

Bulgarie

Un financement de 20 millions d’euros a permis l’achat d’équipements médicaux de pointe tels que des respirateurs et équipements de protection individuelle, dont plus de 2 millions pour l’acquisition de masques.

Hongrie

320 millions d’euros ont été réaffectés pour accorder des prêts aux PME touchées par la crise économique et soutenir les entreprises du secteur des services.

Lituanie

250 millions d’euros provenant des fonds ESI ont été destinés à l’achat de kits de dépistage, d’équipements médicaux et d’équipements de protection individuelle. Une aide aux entreprises et une série de mesures de relance économique ont également été rendues accessibles.

SIGNATURE D’UN ACCORD DE RELANCE HISTORIQUE DE 750 MILLIARDS D’EUROS

Le 21 juillet, après 5 jours de débats intenses et difficiles, les dirigeants de l’Union européenne ont conclu un accord historique pour relever l’un des plus grands défis qu’ils aient eu à affronter.

L’accord de relance de 750 milliards d’euros impulsé par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron a envoyé un important message de soutien. Cependant, le sommet a également révélé une certaine tension entre plusieurs États membres.

C’est la première fois que les États membres de l’UE vendront conjointement des obligations et que les fonds seront reversés aux pays européens les plus touchés par la pandémie. L’Italie, par exemple, devrait recevoir 250 millions d’euros de ce fonds de relance européen face à la COVID-19.

Au cours de cette conférence, Angela Merkel a déclaré : « l’Europe a démontré sa capacité à innover face à une situation particulière. Une situation exceptionnelle exige des mesures exceptionnelles. »

Le premier ministre espagnol Pedro Sánchez a salué cet accord par ces paroles : « l’Europe a démontré qu’elle sait comment répondre lorsqu’elle est confrontée à un défi historique en proposant un accord historique. »

Il s’agit d’un acte de solidarité sans précédent entre les 27 États membres de l’Union européenne.

FINANCEMENT DE PROJETS DE RECHERCHE POUR MIEUX COMPRENDRE LA COVID-19

Le 5 novembre, la Commission européenne a annoncé un financement européen de 128 millions d’euros destiné à 23 nouveaux projets dans le cadre du programme Horizon 2020.

Cet argent sera utilisé par des équipes de 39 pays afin d’aider à affronter les conséquences de la COVID-19 et d’acquérir une meilleure compréhension du virus. Les projets proposeront des solutions au corps médical, une amélioration du diagnostic et du traitement, et bien plus.

TEAM EUROPE : UNE AIDE AUX PAYS PARTENAIRES DU MONDE ENTIER

Lorsqu’il s’agit d’accorder une aide financière et de favoriser la relance, l’UE ne se tourne pas uniquement vers l’intérieur mais vient également en aide aux pays partenaires les plus touchés par la pandémie. Cette initiative a mené à la création d’une équipe européenne qui dirige les fonds vers les pays tiers.

Le réseau Team Europe a été lancé le 8 avril dans le but de protéger les vies et les moyens de subsistance des personnes les plus démunies.

Près de 36 milliards d’euros ont été dégagés par l’intermédiaire de cette nouvelle équipe. Voici quelques exemples de la manière dont cet argent a été distribué :

  • 50 millions d’euros ont été attribués au Nigeria pour aider le pays à freiner la propagation du virus
  • 240 millions d’euros sont destinés à la Jordanie et au Liban pour venir en aide aux ménages vulnérables
  • 10 millions d’euros consacrés aux laboratoires de diagnostic, kits de dépistages et centres de traitement en Éthiopie
  • 8 millions d’euros pour les équipements de protection et le traitement du personnel dans les Caraïbes

La pandémie de coronavirus touche les pays du monde entier, mais pour les pays au système de santé peu performant et aux ressources économiques faibles, la relance constitue un défi bien plus important. C’est pourquoi l’UE s’est engagée à agir au niveau mondial.

MESURES PRISES PAR LES ÉTATS MEMBRES FACE AU CORONAVIRUS : PROGRÈS PRINCIPAUX

Les principaux objectifs de la Commission européenne durant cette crise sanitaire sont :

  1. Garantir le bon fonctionnement des systèmes de santé et de protection civile en Europe afin de préserver le bien-être des citoyens
  2. Protéger et aider les entreprises et les travailleurs touchés par la crise
  3. Coordonner la réponse de protection des économies des États membres

Conformément à ces objectifs, de nombreux États membres ont mis en place une série de mesures pour protéger les citoyens et l’économie des conséquences de la COVID-19 au cours des derniers mois.

CHRONOLOGIE DES MESURES CLÉS PRISES EN EUROPE

Voici une brève chronologie des évènements principaux dans les pays européens ETIAS ainsi qu’un aperçu des données les plus importantes concernant la propagation du virus à l’échelle mondiale :

Italie

  • 21 février 2020 — Premier cas de COVID-19 détecté à Codogno, province de Lodi, Lombardie (nord de l’Italie)
  • 10 mars 2020 — Le premier ministre Giuseppe Conte place l’ensemble du pays en « zone rouge »
  • 16 mars 2020 — Le gouvernement approuve un financement de 25 milliards d’euros pour freiner la propagation du virus
  • 17 mars 2020 — Le taux de mortalité s’élève à 6,6 %. Le pays est sur le point d’atteindre 30 000 cas confirmés et plus de 2000 décès
  • 12 mai 2020 — Le gouvernement italien approuve un plan de relance de 55 millions d’euros
  • 18 mai 2020 — Les commerces, dont les bars, restaurants et magasins, ouvrent à nouveau
  • 3 juin 2020 — L’Italie rouvre ses frontières aux résidents européens et lève les restrictions de voyage
  • 13 juillet 2020 — Le chef de l’unité de soins intensifs de l’hôpital de Bergame déclare que d’anciens patients traités pour la COVID-19 ont développé de sérieux problèmes de santé à long terme
  • 7 octobre 2020 — Le port du masque est rendu obligatoire en extérieur
  • 12 octobre 2020 — Les fêtes sont interdites et les célébrations religieuses sont réduites à 30 personnes
  • 6 novembre 2020 — De nouvelles restrictions sont annoncées, dont la fermeture des centres commerciaux le week-end et la limitation des voyages entre les régions
  • 13 novembre 2020 — L’Italie a ajouté des régions dont la Campanie, et sa capitale Naples, et la Toscane à la liste des « zones rouges » à haut risque et introduit des mesures de confinement strictes dans celles-ci
  • 3 décembre 2020 — Le gouvernement a annoncé des restrictions de voyage pour la période de Noël, dont une interdiction de voyage entre les régions du 21 décembre au 6 janvier et un couvre-feu entre 22h et 5h. Il a également décrété que les pistes de ski seraient fermées jusqu’au 7 janvier au moins
  • 10 décembre 2020 — Jusqu’au 21 décembre, les voyageurs en provenance d’autres pays européens, de l’espace Schengen ou du Royaume-Uni seront exemptés de la quarantaine de 14 jours s’ils présentent un test COVID-19 de moins de 48 heures négatif

France

  • 17 mars 2020 — Emmanuel Macron déclare « nous sommes en guerre » et annonce le déblocage de 45 milliards d’euros pour venir en aide aux petits commerces et aux employés en difficulté face à la crise sanitaire
  • 19 mars 2020 — Le pays ferme ses frontières
  • 14 avril 2020 — Le gouvernement augmente son plan d’aide, atteignant désormais 110 milliards d’euros
  • 11 mai 2020 — La France commence à lever progressivement les mesures de confinement
  • 15 juin 2020 — Les frontières sont ouvertes
  • 14 juillet 2020 — Le premier cas au monde de COVID-19 transmis par la mère à un enfant dans l’utérus est enregistré en France
  • 14 juillet 2020 — La fête nationale est célébrée et les héros de la pandémie sont mis à l’honneur
  • 14 juillet 2020 — Le président Emmanuel Macron accorde une rare interview pour répondre aux questions liées à lutte contre la pandémie et l’état de l’économie
  • 6 octobre 2020 — Les bars de Paris sont fermés et la ville est placée en état d’alerte maximale
  • 14 octobre 2020 — Un couvre-feu est imposé en région parisienne et dans 8 autres régions métropolitaines
  • 30 octobre 2020 — Le confinement est déclaré, les citoyens doivent rester à leur domicile, à moins d’aller acheter des produits essentiels, de consulter un médecin ou de faire une heure d’exercice quotidienne
  • 24 novembre 2020 — Le président Macron annonce l’assouplissement des restrictions à la suite d’une baisse du nombre de cas, dont la réouverture des commerces non essentiels. Les restrictions de voyage générales devraient également être levées le 15 décembre pour les fêtes, bien que les bars et les restaurants resteront fermés jusqu’au 20 janvier
  • 15 décembre 2020 — Le gouvernement français confirme la levée des restrictions de voyage générales pendant la période des fêtes

Espagne

  • 31 janvier 2020 — La Gomera (Îles Canaries) enregistre son premier cas de coronavirus chez un citoyen allemand placé en isolation et examiné par le corps médical
  • 24 février 2020 — Le nombre de cas augmente rapidement en raison de l’arrivée de citoyens infectés de retour d’Italie
  • 14 mars 2020 — Le premier ministre Pedro Sánchez déclare l’état d’urgence nationale
  • 17 mars 2020 — Le Conseil des ministres présente un ensemble de mesures économiques pour atténuer les effets de la COVID-19. Un total de 200 milliards d’euros sont injectés dans l’économie, soit près de 20 % du PIB annuel de l’Espagne
  • 4 mai 2020 — Le déconfinement en 4 phases commence
  • 1er juillet 2020 — Les frontières sont ouvertes aux voyageurs européens sans obligation de quarantaine
  • 16 juillet 2020 — Une cérémonie en l’honneur des victimes de la pandémie est organisée à Madrid et présidée par le roi espagnol Felipe VI
  • 9 octobre 2020 — L’état d’urgence est déclaré à Madrid et de nouvelles restrictions sont introduites telles que la limitation des rassemblements sociaux et l’interdiction des déplacements en dehors de la ville
  • 24 octobre 2020 — L’état d’urgence national est annoncé, un couvre-feu est mis en place et les déplacements sont restreints entre les régions
  • 23 novembre 2020 — L’Espagne introduit l’obligation de fournir un test coronavirus négatif pour les personnes souhaitant entrer dans le pays. La région de Catalogne lève quelques restrictions sur les interactions sociales et les bars, les cafés, les restaurants et les salles de sport sont autorisés à ouvrir
  • 10 décembre 2020 — Des nouvelles restrictions sont mises en place pour la période des fêtes, en vigueur du 23 décembre au 6 janvier, dont une extension du couvre-feu le 24 et le 31 décembre.

Allemagne

  • 22 mars 2020 — Les rassemblements publics sont limités à 2 personnes avec une distance minimale de 1,5 mètre
  • 15 avril 2020 — Les mesures de distanciation sociale sont assouplies
  • 6 octobre 2020 — Les magasins, bars et restaurants doivent fermer leurs portes entre 23h et 6h en raison de l’augmentation des cas
  • 12 octobre 2020 — Les joueurs de e-sport peuvent entrer en Allemagne avec un visa spécial
  • 2 novembre 2020 — De nouvelles restrictions entrent en vigueur, les personnes peuvent se réunir avec leur foyer et un autre foyer, pour un maximum de 10 personnes. Les infrastructures de loisirs, les bars, les restaurants et les cafés sont fermés, à l’exception de la vente à emporter et de la livraison
  • 26 novembre 2020 — La chancelière Angela Merkel annonce que les restrictions resteront en place dans la plupart des régions d’Allemagne jusque début janvier, mais qu’elles seraient temporairement assouplies à partir du 20 décembre pour les vacances de Noël
  • 13 décembre 2020 — L’Allemagne renforce les mesures de confinement au niveau national. Les écoles et les commerces non essentiels sont fermés et les réunions sociales sont limitées à 5 personnes à l’intérieur. Les feux d’artifice et les rassemblements du Nouvel An sont interdits

Pays-Bas

  • 23 mars 2020 — Un « confinement intelligent » est annoncé : un maximum de 2 personnes dans les espaces publics avec une distance de 1,5 mètre
  • 11 mai 2020 — Les mesures sont assouplies et les écoles primaires ouvrent à nouveau
  • 1er juin 2020 — Les restaurants, bars, théâtres et musées sont rouverts
  • 18 septembre 2020 — En raison de l’augmentation des cas, les bars et les restaurants doivent fermer à 1h
  • 13 octobre 2020 — Un confinement partiel est mis en place et les bars et restaurants doivent fermer, à l’exception de la vente à emporter
  • 3 novembre 2020 — Des restrictions supplémentaires sont introduites, limitant le rassemblement de personnes de familles différentes à 2
  • 1er décembre 2020 — L’utilisation de masques dans tous les espaces publics fermés, dont les commerces et les transports, devient obligatoire
  • 15 décembre 2020 — La quarantaine obligatoire n’est plus requise aux voyageurs en provenance des États Schengen et des pays inclus sur la liste des pays sûrs de l’UE. Les visiteurs des autres pays doivent présenter un test COVID-19 négatif

Portugal

  • 12 mars 2020 — L’état d’urgence est déclaré
  • 4 mai 2020 — Les restrictions sont progressivement levées, en commençant par les petits commerces locaux
  • 15 septembre 2020 — L’état de contingence est annoncé avec une limitation des rassemblements et de la vente d’alcool après 20h
  • 4 novembre 2020 — 121 municipalités sont soumises à des mesures renforcées, dont une fermeture plus tôt pour les commerces et les restaurants et une limitation de rassemblement à 5 personnes
  • 9 novembre 2020 — Un couvre-feu à 23h en semaine et à partir de 13h le week-end est établi, ainsi qu’une interdiction de voyage entre les régions
  • 5 décembre 2020 — Le Portugal annonce un assouplissement des restrictions pour les fêtes et lève l’interdiction de voyages régionaux. Le couvre-feu est étendu de 23h à 2h le 24 et le 25 décembre ainsi que la veille du Nouvel An. Cependant, les réunions seront à nouveau limitées à 6 personnes à la même date

Belgique

  • 17 mars 2020 — Des mesures de confinement strictes sont annoncées
  • 8 juin 2020 — La dernière étape du plan de déconfinement en 3 phases commence
  • 9 octobre 2020 — Certaines restrictions sont renforcées en raison de l’augmentation des cas, les bars doivent fermer à 23h
  • 2 novembre 2020 — De nouvelles mesures de confinement sont introduites, dont la fermeture des commerces non essentiels et l’interdiction de se réunir avec plusieurs personnes
  • 30 novembre 2020 — La Belgique annonce que les restrictions seront légèrement assouplies pour Noël, et que les foyers pourront inviter une personne supplémentaire pour les fêtes. Les personnes seules pourront inviter deux personnes supplémentaires. Cependant, les restrictions d’origine seront réintroduites au Nouvel An. Les évènements tels que les marchés de Noël, les villages d’hiver et les autres festivals saisonniers seront interdits cette année
  • 18 décembre 2020 — Le gouvernement belge déclare que les personnes en provenance d’une zone rouge devront se soumettre à une quarantaine de 10 jours. Ils devront également se soumettre à un test le septième jour et, si le résultat est négatif, la quarantaine peut être écourtée

Danemark

  • 11 mars 2020 — Le confinement est appliqué et les écoles et les commerces doivent fermer
  • 15 avril 2020 — Le Danemark est le premier pays à rouvrir certaines écoles
  • 13 octobre 2020 — Le Danemark enregistre le plus faible nombre de nouveaux cas depuis plus d’un mois
  • 14 novembre 2020 — Le Danemark annonce le confinement de 7 provinces en raison de la découverte d’une mutation du coronavirus chez les visons pouvant être transmise à l’homme. Les réunions sont limitées à 10 personnes et les bars, restaurants et boîtes de nuit de Copenhague et de sa périphérie doivent fermer à 22h jusqu’au 2 janvier au moins
  • 11 décembre 2020 — Le confinement touche désormais 31 districts supplémentaires et les restrictions, en place jusqu’au 3 janvier au moins, concernent 79% de la population danoise

Suède

  • 5 octobre 2020 — La Suède évite un confinement total mais déclare que les restrictions sur les rassemblements resteront en vigueur une année de plus
  • 20 novembre 2020 — Le gouvernement suédois annonce que tous les bars et restaurants doivent arrêter de vendre de l’alcool à 22h et fermer à 22h30 et établit un maximum de 8 personnes par table

Suisse

  • 11 mai 2020 — Réouverture des écoles, bars et restaurants
  • 20 juillet 2020 — Les restrictions d’entrée sont assouplies pour les voyageurs de 21 pays, dont ceux repris sur la liste de sécurité de l’UE
  • 28 octobre 2020 — Restrictions sur les activités sportives et de loisirs et obligation du port du masque dans les espaces publics
  • 8 décembre 2020 — Le gouvernement décide d’introduire de nouvelles restrictions du 12 décembre au 20 janvier. Elles limitent les rassemblements à 5 personnes de 2 foyers différents. Cependant, ce nombre passera à 10 personnes pendant les fêtes, du 24 au 26 décembre et la veille du Nouvel An. Les pistes de ski resteront ouvertes

Grèce

  • 23 mars 2020 — Des restrictions sur les déplacements entrent en vigueur au niveau national
  • 4 mai 2020 — Les petits commerces rouvrent au fur et à mesure que les mesures de confinement sont progressivement levées
  • 26 septembre 2020 — Les établissements servant de la nourriture et des boissons doivent fermer entre minuit et 5h
  • 5 novembre 2020 — Un confinement national de 3 semaines est annoncé, les commerces non essentiels ferment et les résidents sont appelés à rester chez eux
  • 7 novembre 2020 — La Grèce met en place une autorisation par SMS obligatoire pour les personnes ayant besoin de quitter leur domicile pour raisons essentielles et le confinement est prolongé jusqu’au 7 janvier au moins
  • 30 novembre 2020 — La Grèce prolonge l’interdiction appliquée aux vols internationaux jusqu’au 14 décembre au moins
  • 7 décembre 2020 — Le gouvernement grec prolonge le confinement jusqu’au 7 janvier, les écoles, les restaurants et les bars restent fermés. Un couvre-feu est mis place de 21h à 5h

Lettonie

  • 12 mars 2020 — L’état d’urgence est déclaré par le premier ministre Krišjānis Kariņš
  • 7 mai 2020 — L’état d’urgence est prolongé jusqu’en juin mais certaines mesures sont assouplies
  • 12 octobre 2020 — Tous les voyageurs en Lettonie doivent compléter un formulaire en ligne au moins 48 heures avant de franchir la frontière
  • 1er décembre 2020 — L’état d’urgence est prolongé en Lettonie jusqu’au 11 janvier 2021

Islande

  • 9 décembre 2020 — L’Islande a annoncé qu’elle testerait gratuitement les voyageurs pour le COVID-19 du 1er décembre au 31 janvier. À partir du 10 décembre, toute personne pouvant prouver qu’elle a déjà été contaminée par le virus est exemptée des restrictions d’entrée du pays

L’initiative du V4

Les 4 pays du groupe de Visegrád ont créé une nouvelle plateforme en ligne pour faciliter le partage des connaissances. La République tchèque, la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie ont conclu de coopérer par l’intermédiaire de visioconférences suivies par des experts des 4 pays.

Le V4 utilisera ces réunions pour échanger des informations et discuter de la politique frontalière et des voyages aériens.

APPLICATIONS DE TRAÇAGE ET D’ALERTE DE LA COVID-19

L’UE soutient l’utilisation d’applications de traçage et d’alerte afin de prévenir la propagation du coronavirus. La plupart des États membres ont lancé une application de traçage de la COVID-19 que les résidents peuvent télécharger et utiliser sur une base volontaire.

Elles utilisent la technologie Bluetooth pour alerter les individus qui ont été en contact avec quelqu’un ayant été testé positif au virus.

APPLICATIONS DE TRAÇAGE DU CORONAVIRUS DES ÉTATS MEMBRES

  • Allemagne : Corona-Warn-App
  • Autriche : Stopp Corona App
  • Belgique : Coronalert
  • Croatie : Stop COVID-19
  • Danemark : Smittestop
  • Espagne : Radar Covid
  • Finlande : Koronavilkku
  • France : TousAntiCovid
  • Hongrie : VirusRadar
  • Irlande : COVID Tracker
  • Italie : Immuni
  • Lettonie : Apturi Covid
  • Lituanie : Karantinas
  • Malte : COVIDAlert
  • Pays-Bas : CoronaMelder
  • Pologne : ProteGo Safe
  • Portugal : StayAway COVID
  • République tchèque : eRouška
  • Slovénie : #OstaniZdrav

Les États membres et la Commission ont collaboré pour mettre en place des services permettant aux applications nationales de communiquer entre elles. Ainsi, les citoyens européens pourront encore recevoir des alertes s’ils voyagent en Europe.

APPLICATIONS DE TRAÇAGE DE LA COVID-19 ET PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES

Il existe un ensemble de directives régissant l’utilisation des applications de traçage européennes pour garantir la protection de la confidentialité et des données de l’utilisateur.

  • L’utilisation des applications doit être volontaire
  • Seules les données strictement nécessaires sont collectées
  • Les données de position ne sont pas requises et les applications ne tracent pas les mouvements
  • Les données ne sont conservées que durant 14 jours
  • Le cryptage et d’autres techniques avancées sont utilisées pour protéger les données
  • Les applications doivent être désactivées à la fin de la pandémie

Cette semaine, l’Union européenne a également présenté Re-Open EU, une application mobile visant à promouvoir des voyages plus sûrs au sein de l’espace Schengen pour les citoyens européens et les ressortissants de pays tiers. Cette nouvelle technologie créée par l’UE cherche à mettre à disposition des visiteurs les restrictions d’entrée et les exigences de dépistage et de quarantaine de chaque pays au format digital.

PLAN DE VACCINATION DE L’UE CONTRE LA COVID-19

Avec l’émergence de vaccins contre le coronavirus sûrs et efficaces au cours des dernières semaines, les campagnes de vaccination sont au cœur des discussions européennes.

Plusieurs sociétés pharmaceutiques ont désormais soumis leur produit à l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour approbation. Les vaccins potentiels doivent être approuvés avant d’arriver sur le marché européen.

Tous les vaccins contre le coronavirus doivent respecter les mêmes normes de qualité, de sécurité et d’efficacité que les autres vaccins administrés dans l’UE.

ÉTAPES DE LA VACCINATION CONTRE LA COVID-19 DANS L’UNION EUROPÉENNE

  1. Les développeurs de vaccins font leur demande d’autorisation auprès de l’EMA
  2. L’EMA évalue le vaccin conformément à la législation pharmaceutique de l'UE
  3. Si les avantages dépassent largement les risques, l’EMA émet un avis positif et l’autorisation de commercialisation est accordée par la Commission européenne
  4. Les pays européens reçoivent l’accès à un certain nombre de doses en fonction de la taille de la population
  5. La campagne de vaccination est lancée dans l’Union européenne
  6. La sécurité et l’efficacité du vaccin continuent d’être contrôlées par l’EMA et les informations sont partagées entre les pays européens

CONTRATS D’ACHAT ANTICIPÉ DE VACCINS POTENTIELS

Grâce aux accords d’achat anticipé, les autorités européennes couvrent une part des coûts initiaux du développement de vaccins prometteurs en échange d’un accès garanti à un nombre de doses suffisantes. Ces doses doivent être délivrées dans un délai spécifique et à un prix abordable.

L’instrument d’aide d’urgence de l’UE fournit le financement nécessaire considéré comme un acompte sur les doses qui seront acquises.

L’UE a conclu 6 contrats d’achat anticipé garantissant l’accès à 1965 millions de doses de vaccins potentiels :

  • AstraZeneca : 300 + option d’en acheter 100 supplémentaires
  • Sanofi-GSK : 300
  • CureVac : 225 + option d’en acheter 180 supplémentaires
  • Janssen P.NV : 200 + option d’en acheter 200 supplémentaires
  • BioNTech-Pfizer : 200 + option d’en acheter 100 supplémentaires
  • Moderna : 80 + 80

La vaccination contre la COVID-19 en Europe devrait débuter dans les prochaines semaines. Il n’a pas été confirmé si le vaccin contre le coronavirus serait requis pour voyager en Europe.